Etats-Unis


Ecouter The Star-Spangled Banner


L'histoire

The Star-Spangled Banner (La Bannière étoilée) est un poème écrit en 1814 par Francis Scott Key et qui constitue à présent l’hymne national des États-Unis. Avocat de 35 ans et poète amateur, Key l'a écrit après avoir assisté, pendant la guerre de 1812, au bombardement de Fort McHenry à Baltimore, dans le Maryland, par des navires de la Royal Navy britanniques entrés dans la baie de Chesapeake. Le texte rend hommage à la résistance héroïque de ceux qui défendirent le fort et qui furent en mesure de faire flotter le drapeau américain au sommet en dépit de l'acharnement de l'ennemi à y planter le sien.

Joué sur l’air de To Anacreon in Heaven, une chanson populaire anglaise, ce poème est devenu bien connu en tant que chant patriotique américain. Il a été reconnu pour un usage officiel par la marine américaine en 1889 et par la Maison-Blanche en 1916, et a été adopté comme hymne national par une résolution du Congrès en date du 3 mars 1931. La chanson se compose de quatre strophes, mais généralement seule la première strophe et le premier refrain sont chantés aujourd’hui.

Poursuivre sur Wikipédia : Les etats-Unis / The Star-Spangled Banner


Les paroles

O! say can you see by the dawn's early light, What so proudly we hailed at the twilight's last gleaming, Whose broad stripes and bright stars through the perilous fight, O'er the ramparts we watched, were so gallantly streaming? And the rockets' red glare, the bombs bursting in air, Gave proof through the night that our flag was still there; O! say does that star-spangled banner yet wave, O'er the land of the free and the home of the brave? On the shore dimly seen through the mists of the deep, Where the foe's haughty host in dread silence reposes, What is that which the breeze, o'er the towering steep, As it fitfully blows, half conceals, half discloses? Now it catches the gleam of the morning's first beam, In full glory reflected now shines in the stream: 'Tis the star-spangled banner, O! long may it wave O'er the land of the free and the home of the brave. And where is that band who so vauntingly swore That the havoc of war and the battle's confusion, A home and a country, should leave us no more? Their blood has washed out their foul footsteps' pollution. No refuge could save the hireling and slave From the terror of flight, or the gloom of the grave: And the star-spangled banner in triumph doth wave, O'er the land of the free and the home of the brave. O! thus be it ever, when freemen shall stand Between their loved home and the war's desolation. Blest with vict'ry and peace, may the Heav'n rescued land Praise the Power that hath made and preserved us a nation! Then conquer we must, when our cause it is just, And this be our motto: "In God is our trust." And the star-spangled banner in triumph shall wave O'er the land of the free and the home of the brave! Traduction I. Oh ! Regardez dans la clarté du matin Le drapeau par vos chants célèbres dans la gloire Dont les étoiles brillent dans un ciel d'azur Flottant sur nos remparts annonçant la victoire. L'éclair brillant des bombes éclatant dans les airs Nous prouva dans la nuit cet étendard si cher ! Chœur Que notre bannière étoilée flotte encore, Emblème de la liberté, de la liberté. II. Sur les côtes obscures à travers le brouillard épais Quand l'ennemi hautain, dans le silence arme ; Quelle est cette douce brise qui doucement s'élevait Nous le fit découvrir dans le lointain caché ! Les premières lueurs de l'aurore matinale Rayons de gloire brillèrent au lointain. Chœur Que notre bannière étoilée flotte longtemps Sur le pays de la liberté, au pays des braves ! III. Et où sont ces hommes qui prêtèrent serment Que le ravage de la guerre et la confusion de la bataille Ne seront plus jamais ce qu'une maison et un pays ne nous légueront Leur sang a lavé les souillures de leur traces immondes. Aucun refuge n'a pu sauver ni le mercenaire ni l'esclave De la frayeur des déroutes et de la tristesse de la tombe : Et la bannière étoilée flottera triomphalement Sur cette terre de liberté et sur la demeure du courage IV. Oh ! Toujours tant que l'homme libre vivra Entre son foyer et la désolation de la guerre Béni par la victoire et la paix, secouru par le ciel Célébrons le pouvoir qui a su préserver la nation Et confiant dans la justice de notre cause Répétons notre devise « En Dieu est notre espoir ». Chœur Et la bannière étoilée en triomphe flottera Sur le pays de la liberté au pays des braves !

Hymnes nationaux

Sur Hymnes Nationaux.com vous allez redécouvrir notre planète de façon ludique et récréative.

Publicité